plendefrruesjp

5. Les monastères baroques des carmélites.

Dans la Terre de Dobrzyń on peut admirer deux ensembles architectoniques de monastères et d’églises, situés sur des collines pittoresques. Ils appartiennent à l’ordre des carmélites et représentent le style baroque. Le plus vieux se trouve à Obory et a été construit grâce aux propriétaires de la campagne, Anne et Lukasz Rudzowscy, un couple sans enfants qui a décidé de créer une fondation votive. En 1605, ils ont fait construire une église en bois et un édifice avec des pièces monastiques au pied de la colline « Grodzisko ». Ils y ont amené des carmélites du couvent de Bydgoszcz, et ils leur ont donné la moitié des biens de Obory et ils se sont obligés à construire des bâtiments maçonnés. Les carmélites ont amené avec eux une figure de tilleul «  Mère de Dieu Douloureuse » appelé aussi Pietà. Cette précieuse figure du XVème siècle était un objet de culte pendant des siècles comme « action de grâce ». En 1626 le bâtiment de bois a été détruit par un incendie et on a commencé à construire une église maçonnée en 1641. Des guerres, des épidémies et des conflits financiers avec les familles de différents donateurs ont engendré une construction par étape pour le monastère et l’église dans les années 1642, 1694, 1746-1753. En 1740 Janusz Dziewanowski de Płonne a fondé une chapelle à l'intention du salut de son fils. Dans les années 1748-1749 a été construite une tour (45 mètres de hauteur). Pendant les guerres en XVII ème et XVIII ème siècle, le monastère et l’église ont été pillés et détruits. Après 1844 les autorités de l'empire ont interné des religieux et des prêtres suite à la prononciation de sermons patriotiques et à l’aide aux insurgés. Pendant la seconde guerre mondiale, les hitlériens y ont fait un camps de passage pour des prêtres. « Pietà » a été sauvé par un religieux qui la gardait dans les catacombes et puis dans une campagne voisine. L’aménagement de l’église riche en œuvres d’art baroque (l’autel principal – 1696) et rococo (le buffet de l’orgue et les stalles – XVIIIème siècle). Des épitaphes des familles de fonciers de Dobrzyń : Borzewscy, Dziewanowscy, Mioduscy, Naleczowie, Piwniccy, Rzeszotarscy. A la colline « Grodzisko » appelée aujourd’hui « Calvaire » le cimetière avec des catacombes du XVIII ème siècle. Dans le parc monastique on a construit 15 sculptures de la station de chemin de croix dans les années 2004-2005.

L’ensemble de monastère et d’église fondé plus tard à Trutowo a été construit comme la fondation de Jan Rętwiński, dont le portrait est suspendu dans la nef de l’église. Son édification a été commencée par la construction de l’église (1725-1738), la tour a été finie en 1753 et le monastère après 1740. L’édifice du monastère constitue l’allongement de l’église et il en résulte que le temple n’a pas de façade frontale. La masse de l’édifice située sur la colline, dans laquelle domine la tour de la flèche  avec une lanterne ajourée, est un phénomène pittoresque de l’architecture. A l’intérieur des niches en forme d'arcades avec des galèries.  La nef est remplie d’autels rococo de haute qualité, de bancs avec des pries-Dieu, des bas-reliefs. L’aménagement de la sacristie est constitué de nombreuses peintures et sculptures. L'œuvre la plus précieuse est la sculpture sur bois de la chaire en forme d’une barque de la seconde moitié du XVIII ème siècle. Ce qui donne encore plus de valeurs artistiques, ce sont les scènes de l’histoire du monastère peints sur le rebord. Une polychromie du baroque tardif de 1738 (rénovée en 1960) crée une ambiance particulière et agréable de l’intérieur. Elle présente les saints carmélites et des scènes liées à l’histoire du monastère. Sur la voûte de la nef, se présentent quatre évangélistes et quatre Pères de l'Église. Sur les murs les noms de sept personnes saintes. Au-dessus du chœur, la Sainte Mère de Dieu de la Protection.  Sur la voûte du presbytère – la fuite du prophète Elias devant la reine Jézabel et la Colonne de Mère de Dieu de Scapulaire. Parmi les scènes importantes le peintre a situé les anges putti qui donnent beaucoup de charme.