plendefrruesjp

Culture

L'Histoire n'a pas été tendre pour le patrimoine culturel de la région. Au cours des siècles, à la suite de guerres dévastatrices et des pillages, l'invasion des Prussiens, des Lithuaniens, l'ordre allemand des chevaliers teutoniques, les Suédois et les Russes, de nombreux monuments de style gothique, Renaissance, Baroque, Classicisme ont  été dévastés  complètement  ou  reconstruits.  Dans les années 1945-1956 les propriétaires légitimes de palais et manoirs ont été retirés. Ces événements ont causé le ravage de ces bâtiments. Les manoirs bien conservés sont souvent associés à la genèse des familles chevaleresques détenues par les monarques historiques pour la gestion des forêts vierges et de lieux déserts. En termes d'art ils sont maintenant une forme spécifiquement polonaise de la projection architecturale et du parc pour le style Baroque ou  Classicisme.  Ils sont parfaitement placés avec les compositions de l'architecture sacrée et profane et des Parcs aquatiques créés il y a  deux cents ans de style anglais de jardins de paysage étant à la mode en Europe à cette époque-là au paysage rural. Les exemples de telles résidences se trouvent dans les villes suivantes: Kikół, Szafarnia, Dyblin, Ugoszcz, Zaduszniki, Sokołowo et Zbójno.
Les générations suivantes en rénovant et en reconstruisant, ont appliqué la marque de la beauté du style de leur époque sur les bâtiments. Aujourd'hui, ces changements que nous voyons, peuvent s'interpréter comme les signes symboliques de l'histoire de la culture persistante dans ses formes architecturales spacieuses, en formes d’élévations: des portiques remarquables et des détails décoratifs.
De style gothique, les vestiges des châteaux nous sont restés: celui royal à Złotoryja (XIV siècle), chevaleresque à Radziki Duże (1405-1466) et post-teutonique à Bobrowniki  (1398)
Allez à la galerie et les églises reconstruite en style gothique après les destructions  dans les villages: Ciechocin, Czernikowo, Lipno, Osiek, Płonne, Radomin, Radziki Duże, Rokicie, Rypin, Siecień, Strzygi, Sumin. Quelques précieuses œuvres d'art gothique ont été également sauvées.  Le sanctuaire de Notre-Dame à Skępe, connue pour sa statue de la Marie Servante du Seigneur (1496) et pour  son "ailée" crucifix séraphique (début du XVIème siècle) qui représente la sculpture du Christ crucifié couvert d’ailes de séraphins. A Radziki Duże la sculpture du Christ crucifié du XIV ème siècle avec les caractéristiques du gothique précoce, à Obory - la Pietà  gothique du XVème siècle et à Nowogród on peut voir deux sculptures de style gothique tardif de haute classe du début du XVI ème siècle dont la forme peut être considérée pour l’écho de l'école de Wit Stwosz.
L'ère de la Renaissance a laissé à Skępe un ensemble intéressant d'églises  et de monastères de l'Ordre du Saint-Bernard (1508-1524), agrandi au baroque  avec un riche équipement sculptural. A Karnkowo- le siège de la famille Karnkowski depuis le XVème siècle jusqu’en 1939 - se trouve une église de 1584, rénovée dans un style baroque en 1761, où on peut voir quelques précieuses œuvres d'art. On y retrouve la culture de cette époque avec entre autre: l'épitaphe de Jan de style  de la Renaissance tardive et de Jadwiga Karnkowscy de marbre rose (1525) que les experts ont qualifié aux manuels de l’histoire d’art polonais, ainsi qu'un tableau peint sur une planche intitulée « Le Couronnement de la Sainte Vierge Marie du XVIIème siècle ». A Radziki Duże durant cette même période: un tableau peint sur la planche de Notre-Dame avec l'Enfant et l'ensemble des portes près de l’église de style Renaissance tardive.
 Le style baroque est marqué avant tout par une architecture monumentale. Les châteaux et les manoirs du XVIIème siècle ont subi des destructions et des reconstructions complète. En tête des monuments de l’époque surgit l'ensemble d'églises et de monastères des Carmélites à Obory, érigé progressivement entre entre les guerres dans les années 1642, 1694, 1741. Il dispose d'un intérieur intéressant riche en œuvres d'art sculpturales, y compris la Pietà gothique déjà mentionnée. Ce qui attire également  à Trutów, c'est un ensemble d'architecture sacré des  Carmélites des années 1710-1718, richement doté d’ouvrages de l'art baroque. Dans ce style sur la Terre de Dobrzyń il y a encore deux églises: à Działynie (1600) et à  Sadłowo (1752-1756) et la chapelle à Grodzeń. il y avait une période de paix et de renaissance de la culture polonaise dans les années 1735-1793 et à partir du 1818 jusqu' au soulèvement de Novembre. Sur la Terre de Dobrzyń elle s'est marquée  entre autres  par la reconstruction et la création de nouvelles demeures foncières, ce qui a été mentionné en introduction. Avec 37 palais et manoirs préservés  dans divers états, dont 30 classiques 7 éclectiques. il reste quelques vestiges des monuments datant de plusieurs siècles témoignant d’anciennes fondations jardinières. Les palais dans les villes recommandables à visiter sont: Długie, Kikół, Sadłowo, Steklin Ugoszcz et  Zbójno et les manoirs dans les villages: Bocheniec, Dyblin, Obrowo, Rusinowo, Steklin, Sokołowo et Zaduszniki. Les églises classiques de la première moitié du XIXème siècle se trouvent à Szpetal Górny, Sobów, Dobrzyń au bord de la rivière Drwęca (aujourd’hui la partie du sud de la ville de Golub-Dobrzyń) et Skrwilno.
Après 1865 jusqu'au début du XXème siècle dans  l'architecture civile et religieuse, l'historicisme a dominé en référant aux styles d'époques passées. On a construit des bâtiments néo-romans, néo-gothiques, néo-classiques, ou éclectiques constituant  un mélange de styles différents. Dans le paysage de la Terre de Dobrzyń les  églises gothiques sont apparues à : Kikół, en Mazovie, à Nowogród, à Sumin (église du XIVème siècle, reconstruite dans le style néo-gothique), quasi-gotiques à Chełmica Duża et à Mokowie et éclectiques à Gójsk, Ligowo, Zaduszniki, Trąbin, Świedziebnia, Tłuchów et à Rogowo. Dans les nouvelles installations sont souvent situés des éléments précieux  de l'équipement des temples précédents.
Le patrimoine polonais culturel comprend également l'architecture sacrée en bois associée avec le paysage rural.   La plus ancienne église en bois se trouve à Studzianka (1704), les restantes du XVIIIème siècle dans les villages: Czarne, Dulsk, Szczutowo (de filiale et paroissiale), Młyniec, Łukomie, Chrostkowo, Grochowalsk, Wielgie, Ostrowite, Księte, Brzeźno. Dans les temples modestes en bois se cachent souvent des œuvres d'art intéressantes et des polychromies originales plus anciennes de centaines d’années. On peut voir les œuvres les plus intéressantes à Czarne, et à Chrostkowo. La Terre de Dobrzyń  au cours des siècles a produit de nombreux créateurs de science, de culture et d’art d'importance national. Nous n'en citerons que quelques-uns :
Paweł Włodkowic de Brudzeń (environ 1370-1435), avocat éminent, recteur de l'Académie de Cracovie ;
Mikołaj Lasocki de Lasotki (1380-1450), avocat éminent, diplomate d'importance internationale ;
Stanisław Karnkowski de Karnkowo (1520-1603), secrétaire de la grande couronne dans le temps du roi Sigismond-Auguste, archevêque de Gniezno, primat polonais, diplomate, codificateur du droit canonique en Pologne;
Adam Adamandy Kochański de Kochanie (1631-1700), mathématicien éminent, fondateur de cadrans solaires et d’une machine arithmétique, professeur de nombreuses universités en Europe ;
Romuald Pląskowski de la campagne Czarne (1812-1896), psychiatre, professeur, auteur du manuel de psychiatrie traduit en plusieurs langues ;
Wincenty Rapacki de Lipno (1840-1924), un acteur éminent, metteur en scène, pédagogue, dramaturge, historien du théâtre ;

Pola Negri (Apolonia Chałupiec) de Lipno (1897-1987), comédienne,  actrice théâtrale depuis 1914, actrice de de cinéma. Elle a adopté un pseudonyme artistique du nom du poète italien Negri Ada. Depuis 1917, elle a joué des films en Allemagne et à Hollywood. Elle était une star mondiale du cinéma muet et un symbole sexuel.

La culture spirituelle de la terre de Dobrzyń a été créée par  plusieurs ses citoyens.
L’activité universelle de Gustaw Zieliński (1809-1881) - écrivain, poète, historien est un bon exemple de l’action au sein de la culture ; Il a consacré le reste des biens conservés après la réquisition russe pour sa participation à la lutte pour l'indépendance de la Pologne polonaise à la création d'une grande bibliothèque, des collections d'art et a sponsorisé des maisons d'édition importantes pour la formation de la conscience nationale dans les temps de l'esclavage. (revoir cette phrase) La première édition des œuvres complètes de Jan Kochanowski - le plus grand poète de la Renaissance polonaise (1530-1584) a entre autre servi pour cet objectif (quel objectif ?). Zieliński était aussi un militant social et économique.

Sur la terre de Dobrzyń il existe deux villages importants pour la culture polonaise  et même modiale. C'est à Szafarnia chez Dziewanowscy, que Chopin a passé ses vacances dans les années 1824 et 1825. Il a eu l'occasion de participer à la fête de la moisson traditionnelle sur la place à Obrowo, et lors du mariage à Bocheniec il pouvait également explorer la musique folklorique authentique polonaise. Il n'a pas seulement écouté mais il se joignait à la bande avec de la basse. Cette zone est restée dans  la musique folklorique  de Cujavie et les kujawiak" tenus dans le rythme ¾ de "mazurek", de ligne mélodique très polonaise, lyrique. Le jeune Chopin a pris la variabilité des humeurs des "kujawiak" et le  rhytme rubato du folklore musical au cours de ses vacances passées  deux fois à Szafarnia. Nous pouvons alors dire que « les mazurki » de Chopin ce sont « les kujawiak » de la Terre de Dobrzyń et de la Cujavie. Aujourd’hui, le palais à Szafarni contient le Centre de Chopin. Il y a ici une exposition de musée permanente associée avec le compositeur, tous les ans se déroulent des concerts et des récitals ainsi que le Concours International des Jeunes Pianistes annuel.
La deuxième figure importante pour  la culture polonaise - un grand écrivain Maria Dąbrowska (1889-1965) - est associée aussi avec le village Płonne. C’est ici Dąbrowska a passé ses vacances d’été chez sa sœur Hélène dans les années 1926-1928. A cette époque-là, elle écrivait à son mari: « Je tiens à cette nature, ces lacs, ces ruisseaux ... Ce lieu incroyable est toute l'épopée finie ...d’ici sort mon cinquième livre, la grande épopée de la campagne moderne ».  Et elle est sortie (1932-1934),  le roman de quatre volumes « Nuits et jours ».  A l’école à Płonne, on a construit La Chambre Régionale pour la mémoire de Maria Dąbrowska.
La campagne de Dobrzyń a aussi porté à l'héritage de la culture nationale son apport des valeurs immatérielles. Mis à part le folklore musical, il faut également mentionner le style d’églises en bois, les objets de l’industrie rustique tels que les éoliennes ou les moulins à eau.
Les moulins sont un phénomène intéressant dans un paysage rural : Dulnik, Choczeń, Tłuchowo, Dylewo, Nietrzeba et Żuchowo.
Allez à la galerie Les monuments plus précieux restants de l'architecture rurale avaient déjà été aménagés aux musées de plein air à Torun ou à Kłóbka en Cuiavie. Les éléments de l'histoire et de l'ethnographie de la région (par exemple, meubles peints, sculptures  populaires, peintures, vieux outils de travail) présentent les musées à Dobrzyń, Rypin, Lipno, et à Murzynowo au bord de la Vistule, une cabane monumentale de pêcheur montre  l’équipement de l’intérieur et  les outils à pêcher.
Les chapelles qui étaient mentionnées dans la partie consacrée à l'histoire en raison de leur valeur documentaire, sont avant tout les signes de foi. On les mettait et on les met encore aux carrefours et aux jonctions et près des maisons et des ponts. On mettait des figures sacrées et des tableaux  dans les chapelles dans des buts religieux pour demander, protection  contre l'incendie ou comme  remerciement, guérison de la vie  pendant la guerre. En Pologne, dans les régions particulières, les maçons populaires et les sculpteurs à travers les siècles créaient ces objets selon la tradition culturelle et le sens de la beauté. Ainsi, nous avons diverses formes de croix en bois, de granit, de  fer, nous avons des chapelles de pierre, le plus souvent de trois étages avec des niches sur les figures ou protégées de toits couverts de décoration. Les fondateurs et les entrepreneurs essayaient que leurs œuvres soient  un siège digne pour Dieu, pour les saints. La chapelle appartient au patrimoine national en raison des valeurs artistiques.

Allez à la galerie